Accueil » Bilan des Réunions Annuelles du FMI et de la Banque Mondiale en Afrique

Bilan des Réunions Annuelles du FMI et de la Banque Mondiale en Afrique

par Aicha

Depuis le début de la semaine à Marrakech, les réunions annuelles du Fonds monétaire international (FMI) et de la Banque mondiale (BM) ont suscité de nombreuses discussions sur l’Afrique, mais jusqu’à présent, les avancées tangibles semblent rares.

L’Afrique au Centre des Préoccupations

Ces réunions, les premières sur le continent en cinquante ans, ont souligné l’importance accordée à l’Afrique par les organisateurs. La directrice générale du FMI, Kristalina Georgieva, a réaffirmé dès le début l’importance de l’Afrique dans le développement économique mondial. Elle a insisté sur la nécessité de construire des liens entre les régions du Nord, riches en capitaux, et celles du Sud-est, principalement en Afrique, peuplées de jeunes.

Priorités : Financement Climatique et Lutte Contre la Pauvreté

Une préoccupation majeure avant les réunions était de voir le financement climatique prendre le dessus sur la lutte contre la pauvreté. C’est une question cruciale pour un continent où une grande partie de la population demeure la plus pauvre du monde et où les crises humanitaires sont fréquentes.

La Demande d’Annulation de la Dette des Pays Vulnérables

Les pays en développement, regroupés au sein du G24, ont appelé à l’annulation de la dette des pays les plus vulnérables et les plus pauvres, dont une grande partie est due aux banques multilatérales de développement et au FMI. Cette demande est portée par Adama Coulibaly, le ministre de l’Économie ivoirien.

Actions Concrètes en Cours

Les institutions internationales s’engagent à répondre aux préoccupations des pays africains. Le FMI envisage la création d’un 25e siège au sein de son conseil d’administration, dont le 3e serait réservé à l’Afrique sub-saharienne, tandis que la BM a déjà pris cette initiative en 2014.

Défis Importants Concernant l’Endettement

Pourtant, des défis majeurs demeurent, notamment en ce qui concerne l’endettement. Plus de vingt pays se trouvent en situation de crise de la dette ou sont sur le point d’y sombrer. Dans certains pays, le service de la dette absorbe plus de 40 % du budget de l’État, ce qui rend difficile la réalisation d’investissements essentiels, comme l’accès à l’eau potable et à l’énergie.

Des Ressources Qui Semblent Inégalement Réparties

Les négociations de restructuration de la dette sont souvent compliquées en raison d’intérêts divergents entre créanciers, notamment la Chine et les membres du Club de Paris, principalement des pays occidentaux.

Le Besoin de Considération Équitable

Les pays africains estiment que l’aide financière est distribuée de manière inégale. Par exemple, l’Ukraine a reçu une aide substantielle de la BM, tandis que le FMI a signé un plan d’aide important avec le gouvernement ukrainien.

Défis Persistants pour l’Afrique

Malgré les discussions, l’Afrique continue de faire face à des défis économiques majeurs. La BM a averti d’un possible « décennie perdue » pour le continent, avec une croissance du PIB par habitant qui stagne entre 2015 et 2025.

Le rapport du FMI pour l’Afrique sub-saharienne indique une croissance de 3,3 % en 2023, avant une augmentation à 4 % en 2024, mais l’inflation demeure supérieure à 10 % dans plusieurs pays africains, reflétant les tensions économiques persistantes.

Nous vous conseillons de lire aussi :

Soleil.sn

Restez informé de l’actualité au Sénégal et à l’international sur Soleil.sn. Suivez les dernières news, analyses et opinions éclairées.

© 2023 – Soleil.sn

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site web. Si vous continuez à utiliser ce site, nous supposerons que vous en êtes satisfait. OK

error: Protection !

Adblock détecté

Veuillez nous soutenir en désactivant votre extension AdBlocker de vos navigateurs pour notre site Web.