Accueil » Impasse Électorale : Sonko Prêt à Porter son Combat devant les Instances Internationales

Impasse Électorale : Sonko Prêt à Porter son Combat devant les Instances Internationales

par Aicha

Le tribunal d’instance de Dakar a émis un jugement ordonnant la réintégration d’Ousmane Sonko sur les listes électorales. Cependant, malgré cette décision du juge Ousmane Racine Thione, la Direction générale des élections (DGE) persiste à refuser de fournir les fiches de parrainage à Ayib Daffé, mandataire du président de Pastef.

Refus Continu de la DGE : Nouvelle Obstruction Administrative

Le mardi 19 décembre, Ayib Daffé a été confronté à un nouveau refus de la DGE. Invité à se tourner d’abord vers la Direction de l’automatisation du fichier (DAF), il n’a pas réussi à obtenir la réinscription de Sonko sur les listes électorales auprès de cet organe relevant du ministère de l’Intérieur.

Protestations et Menaces Légales : Réaction des Avocats de Sonko

En réponse à cette situation, les avocats d’Ousmane Sonko ont publié un communiqué dénonçant une nouvelle violation des droits de leur client et un refus d’exécution d’une décision de justice. Ils considèrent cela comme une atteinte grave et envisagent de prendre des mesures légales.

Recours Prévus devant les Instances Internationales : Vers le Conseil Constitutionnel et la CPI

Face à l’impasse, Ousmane Sonko et ses partisans envisagent de saisir le Conseil constitutionnel ainsi que la Commission électorale nationale autonome (CENA). Selon des sources, il est également question de porter l’affaire devant la Cour pénale internationale (CPI). Les avocats justifient cette démarche en affirmant que l’entrave à une décision judiciaire peut être assimilée à un crime contre l’humanité, étant susceptible de provoquer des troubles graves dans le pays.

Tournée des Institutions : Les Avocats se Rendent aux Ministères et à la CDC

Les avocats d’Ousmane Sonko, accompagnés de son mandataire, prévoient de se rendre successivement aux ministères de la Justice et de l’Intérieur, ainsi qu’à la Caisse de dépôts et consignations. Un huissier de justice les accompagnera pour constater les faits. Une fois ces démarches accomplies, ils incluront ces éléments dans le dossier à déposer au Conseil constitutionnel.

Nous vous conseillons de lire aussi :

Soleil.sn

Restez informé de l’actualité au Sénégal et à l’international sur Soleil.sn. Suivez les dernières news, analyses et opinions éclairées.

© 2023 – Soleil.sn

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site web. Si vous continuez à utiliser ce site, nous supposerons que vous en êtes satisfait. OK

error: Protection !

Adblock détecté

Veuillez nous soutenir en désactivant votre extension AdBlocker de vos navigateurs pour notre site Web.