Accueil » Saes Dakar refuse les réformes de l’Enseignement Supérieur : un dialogue inclusif demandé

Saes Dakar refuse les réformes de l’Enseignement Supérieur : un dialogue inclusif demandé

par Cheikh

La coordination de Dakar du Saes a exprimé un désaccord ferme envers les recommandations issues du séminaire de Saly, comme l’indique clairement la phrase « En somme, l’assemblée préconise un rejet des recommandations ressorties du séminaire de Saly ». Cette position a été prise après une réunion de trois jours organisée par le ministre de l’Enseignement supérieur, Abdourahmane Diouf.

Lors de leur assemblée générale hier, la coordination a critiqué la démarche du ministère, la qualifiant de violation flagrante de l’autonomie des universités et d’atteinte injustifiée aux textes régissant l’enseignement supérieur.

Le Saes-Ucad est également d’avis que les décisions prises sont prématurées, ne reposant pas sur une réflexion inclusive et approfondie.

De plus, le syndicat considère que les propositions de réaménagement du calendrier universitaire sont irréalistes. Malgré cela, il se montre ouvert au dialogue et propose des assises inclusives pour discuter de l’avenir de l’enseignement supérieur.

Concernant les implications financières du chevauchement des activités, la coordination estime que l’État n’a pas pris les mesures nécessaires pour accompagner ces changements. Le Saes demande au Ministère de l’Enseignement supérieur de quantifier l’impact de l’absence de financement adéquat sur le déroulement normal de l’année universitaire et sur la santé des enseignants.

En ce qui concerne l’orientation des nouveaux bacheliers, le Saes insiste sur le respect de l’autonomie des universités et critique toute tentative de dévalorisation des institutions publiques au profit du secteur privé.

Le syndicat exprime également des préoccupations concernant les propositions non détaillées du Ministère et dénonce une ingérence politique dans les questions pédagogiques.

Sur le sujet de l’orientation des bacheliers vers le secteur privé, le Saes-Ucad accuse le Ministère de favoriser le privé au détriment du public, sans clarifier les modalités de cette orientation.

Quant aux réformes proposées pour les Masters, le Saes rejette catégoriquement les discussions à ce sujet, sans entrer dans les détails.

La candidature d’Abdourahmane Diouf est rejetée par défaut par la coordination de Dakar, lui donnant des sous-notes dans toutes les matières (axes de réflexion). À moins de présenter une solution miracle, il devra retravailler sa stratégie pour convaincre le jury de Dakar.

Nous vous conseillons de lire aussi :

Soleil.sn

Restez informé de l’actualité au Sénégal et à l’international sur Soleil.sn. Suivez les dernières news, analyses et opinions éclairées.

© 2023 – Soleil.sn

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site web. Si vous continuez à utiliser ce site, nous supposerons que vous en êtes satisfait. OK

error: Protection !

Adblock détecté

Veuillez nous soutenir en désactivant votre extension AdBlocker de vos navigateurs pour notre site Web.