Accueil » Transplantation Rénale au Sénégal : péripéties et les conditions d’éligibilité

Transplantation Rénale au Sénégal : péripéties et les conditions d’éligibilité

par Cheikh
Greffe du rein au Sénégal-soleil.sn

Le Sénégal a réalisé sa toute première opération de transplantation rénale entre le 26 et le 27 novembre, marquant un exploit dans le pays. Contrairement à d’autres pays, cette réussite s’appuie principalement sur les ressources locales, avec un accompagnement extérieur de la partie des Turcs. Le Pr Bara Ndiaye, Doyen de la faculté de médecine, exprime sa satisfaction quant à la formation des spécialistes sénégalais à l’Université Cheikh Anta Diop, offrant ainsi la qualité de l’éducation à la Fmpo.

Péripéties et conditions d’éligibilité

Lors d’une conférence de presse à la Faculté de médecine, les intervenants ont évoqué le parcours de cette opération historique. Trois patients ont déjà retenu des greffes, portant le nombre total de patients à suivre à six. Le suivi distinct pour les donneurs et les receveurs : un suivi modéré pour les donneurs alors qu’un suivi plus rapproché est nécessaire pour les receveurs afin de prévenir le rejet de l’organe transplanté.

Le processus de transplantation devait se dérouler à l’hôpital Le Dantec, mais en raison de sa fermeture temporaire pour travaux, il a été transféré à l’hôpital militaire de Ouakam, formant ainsi le consortium Dantec-Hmo.

L’évaluation rigoureuse des procédures

L’évaluation des structures médicales pour les transplantations est rigoureuse. L’obtention d’un agrément implique une série d’examens approfondis, incluant les ressources humaines qualifiées, les infrastructures adéquates et un suivi constant. Le consortium Hmo-Dantec a dû patienter près d’un an pour obtenir cet agrément, suivi d’une évaluation continue.

Entre l’octroi de l’agrément en avril et la première opération en novembre, sept mois se sont passées pour permettre une préparation minutieuse. La transplantation en elle-même n’est pas techniquement difficile, mais l’organisation nécessaire pour coordonner les équipes demeure un défi majeur.

Après ce moment historique, la réalité persiste : tous les dialysés ne pourront pas bénéficier d’une greffe. L’éligibilité à la transplantation est réalisée par les néphrologues, mais trouver un donneur compatible et motivé reste un processus complexe, incluant une évaluation psychologique approfondie. Au Sénégal, le consentement à la greffe implique même l’intervention d’un tribunal, garantissant ainsi le libre choix du donneur.

Nous vous conseillons de lire aussi :

Laissez un commentaire

Soleil.sn

Restez informé de l’actualité au Sénégal et à l’international sur Soleil.sn. Suivez les dernières news, analyses et opinions éclairées.

Derniers articles

© 2023 – Soleil.sn

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site web. Si vous continuez à utiliser ce site, nous supposerons que vous en êtes satisfait. OK

error: Protection !

Adblock détecté

Veuillez nous soutenir en désactivant votre extension AdBlocker de vos navigateurs pour notre site Web.