Accueil » Affrontements à Dakar ce dimanche : le récap

Affrontements à Dakar ce dimanche : le récap

par Sophie
Anta Babacar Ngom brutalisée par les forces de l'ordre - soleil.sn

Des affrontements ont éclaté à Dakar dimanche, suite à l’annonce du report sans précédent des élections présidentielles par le président Macky Sall, plongeant la capitale sénégalaise dans une atmosphère de haute tension.

Les forces de l’ordre ont répondu par un feu intense de grenades lacrymogènes à l’avancée de centaines de citoyens, jeunes et moins jeunes, brandissant fièrement le drapeau national ou vêtus du maillot de l’équipe de football du Sénégal, qui se dirigeaient vers une importante voie de circulation pour rejoindre un rassemblement à l’appel de plusieurs figures de l’opposition.

Face à la détermination des manifestants, les gendarmes, présents en force, ont progressé à pied ou à bord de véhicules dans les zones résidentielles avoisinantes, poursuivant ceux qui tentaient de fuir, tout en essuyant des volées de pierres.

Des jeunes, criant des slogans anti-Macky Sall, ont improvisé des barricades et mis le feu à des pneus, marquant leur opposition.

Les forces de l’ordre n’ont pas hésité à utiliser des grenades lacrymogènes contre les partisans de Khalifa Sall, réunis aux abords du siège de leur leader, affectant notamment plusieurs femmes par les effets nocifs des gaz.

L’arrestation de l’opposante et ex-Première ministre Aminata Touré, ainsi que celle d’Anta Babacar Ngom, a été fortement médiatisée, des vidéos circulant sur les réseaux sociaux montrant leur confrontation avec les forces de sécurité.

Daouda Ndiaye, un autre candidat, a témoigné sur les réseaux de son agression par les forces de l’ordre, mentionnant également l’arrestation de certains de ses collaborateurs.

Un manifestant, Ousmane Biteye, a exprimé son indignation face au prétexte jugé fallacieux avancé par le président Sall pour justifier le report du scrutin, prévu pour commencer dans quelques heures seulement.

Ces événements marquent les premiers signes de désordre suite à l’annonce du report de l’élection présidentielle prévue le 25 février par le président Sall.

Des manifestants, comme Demba Ba, ont exprimé leur refus de ce qu’ils considèrent comme une trahison et un coup d’État constitutionnel.

La décision de reporter l’élection a provoqué une onde de choc et des craintes de troubles plus importants, suscitant également l’inquiétude à l’international.

Plusieurs candidats de l’opposition ont déclaré à la presse leur intention de défier cette décision et de poursuivre le lancement de leur campagne électorale.

Il s’agit du premier report d’une élection présidentielle au suffrage universel direct au Sénégal depuis 1963.

Le président Sall a justifié cette décision par les tensions entre le Conseil constitutionnel et l’Assemblée nationale, suite à l’approbation définitive de vingt candidatures et le rejet de plusieurs autres.

Une session extraordinaire de l’Assemblée est prévue pour lundi afin d’examiner une proposition de loi visant à reporter l’élection de six mois. Pour être adoptée, cette mesure doit recueillir l’approbation des trois cinquièmes des 165 députés, un vote dont l’issue est encore incertaine.

Nous vous conseillons de lire aussi :

Laissez un commentaire

Soleil.sn

Restez informé de l’actualité au Sénégal et à l’international sur Soleil.sn. Suivez les dernières news, analyses et opinions éclairées.

Derniers articles

© 2023 – Soleil.sn

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site web. Si vous continuez à utiliser ce site, nous supposerons que vous en êtes satisfait. OK

error: Protection !

Adblock détecté

Veuillez nous soutenir en désactivant votre extension AdBlocker de vos navigateurs pour notre site Web.