Accueil » La vague #MeToo va débuter le 77e Festival de Cannes ce mardi

La vague #MeToo va débuter le 77e Festival de Cannes ce mardi

par Cheikh

Le 77e Festival de Cannes débute mardi, avec en toile de fond le mouvement #MeToo, et sur le célèbre tapis rouge, un défilé de célébrités parmi lesquelles la légende du cinéma Hollywoodien, Meryl Streep.

Le #MeToo : un sujet d’actualité

Le sujet des violences sexuelles est plus présent que jamais, sept ans après le scandale Harvey Weinstein, et cinq mois après le témoignage en France de Judith Godrèche, qui accuse des réalisateurs de viols.

Une présence engagée

Judith Godrèche présentera mercredi un court métrage intitulé « Moi aussi », en hommage aux victimes de violences. Thierry Frémaux, délégué général du Festival, souligne que son combat est cinématographique, pas seulement personnel.

L’appel pour une loi intégrale

Un appel à une loi intégrale contre les violences sexuelles en France est lancé par 100 personnalités, dont de nombreuses actrices renommées comme Isabelle Adjani et Juliette Binoche.

Engagement et réflexion

Camille Cottin, maîtresse de cérémonie, promet une réflexion profonde sur le métier et la présence de femmes influentes qui porteront leur voix lors de l’événement.

Des allégations troublantes

Bien que aucune personnalité invitée ne soit publiquement mise en cause, neuf femmes accusent le producteur Alain Sarde de viols ou d’agressions sexuelles.

Solidarité sociale

Le mouvement social des petites mains du Festival de Cannes, réclamant moins de précarité et protestant contre le durcissement des règles d’assurance chômage, est également évoqué.

Célébration et cinéma

La soirée d’ouverture rendra hommage à Meryl Streep, légende d’Hollywood, et marquera les débuts de Greta Gerwig en tant que présidente du jury cannois.

Présence Française

Le film d’ouverture « Le deuxième acte » réunit un quatuor d’acteurs français : Léa Seydoux, Louis Garrel, Vincent Lindon et Raphäel Quenard, dans une comédie sur le monde du cinéma.

Un message d’espoir

Le Festival accueille le cinéaste iranien Mohammad Rasoulof, malgré sa condamnation à cinq ans de prison en Iran, offrant ainsi une lueur d’espoir pour la liberté artistique.

Le film de Rasoulof, « The Seed of the Sacred Fig », sera présenté lors de la compétition, symbolisant la résilience face à l’adversité.

Nous vous conseillons de lire aussi :

Laissez un commentaire

Soleil.sn

Restez informé de l’actualité au Sénégal et à l’international sur Soleil.sn. Suivez les dernières news, analyses et opinions éclairées.

© 2023 – Soleil.sn

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site web. Si vous continuez à utiliser ce site, nous supposerons que vous en êtes satisfait. OK

error: Protection !

Adblock détecté

Veuillez nous soutenir en désactivant votre extension AdBlocker de vos navigateurs pour notre site Web.