Accueil » Macky Sall face à un dilemme délicat et des accusations explosives

Macky Sall face à un dilemme délicat et des accusations explosives

par Cheikh
Macky Sall-soleil.sn

Le Président Macky Sall a récemment confirmé en public son engagement à respecter rigoureusement le calendrier électoral, fixant le premier tour de l’élection présidentielle au 25 février 2024. Cette déclaration intervient après avoir initialement partagé cette information en privé avec des proches et des autorités religieuses, qui avaient exprimé des doutes sur la volonté du pouvoir de respecter cette échéance. Même face à des sceptiques, le président reste ferme dans son engagement envers la démocratie.

Macky Sall : garant de la stabilité et de la démocratie au Sénégal

La remarque sarcastique d’un chef religieux mettant en doute la crédibilité des assurances présidentielles avait choqué l’opinion publique. Cependant, Macky Sall a réitéré son engagement lors de la Ziarra annuelle de la famille omarienne le 26 janvier 2024. Sa posture et son statut de président ne laissent guère de place à des actions contraires, soulignant l’importance de préserver la stabilité du Sénégal et de transmettre le pouvoir dans le respect des principes démocratiques.

Karim Wade : tentative de discréditer le Conseil constitutionnel

Suite au rejet de la candidature de Karim Wade à l’élection présidentielle par le Conseil constitutionnel, le Parti démocratique sénégalais (Pds) a adopté une stratégie d’attaques et d’accusations contre les institutions républicaines, en particulier les magistrats.

Abdoulaye Wade, leader historique du Pds, avait demandé la dissolution du Conseil constitutionnel. Parallèlement, le Pds a lancé une demande de mise en place d’une Commission d’enquête parlementaire sur des supposés faits de corruption au sein du Conseil constitutionnel.

La situation politique délicate : Macky Sall face à des choix cruciaux

La mise en place de cette commission suscite des interrogations sur les motivations réelles du Pds et de l’Alliance pour la République (Apr), le parti présidentiel, qui s’est associé à cette initiative. Les débats autour de possibles actions visant à discréditer le Conseil constitutionnel soulèvent des préoccupations quant à la stabilité politique.

Certains se demandent si Macky Sall pourrait être tenté de prolonger son mandat au-delà des limites constitutionnelles, mais des experts estiment que de telles manœuvres risqueraient de compromettre son héritage et la paix civile au Sénégal. La responsabilité du président est cruciale dans ces moments délicats, et la préservation de l’ordre républicain demeure une priorité.

Nous vous conseillons de lire aussi :

Laissez un commentaire

Soleil.sn

Restez informé de l’actualité au Sénégal et à l’international sur Soleil.sn. Suivez les dernières news, analyses et opinions éclairées.

Derniers articles

© 2023 – Soleil.sn

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site web. Si vous continuez à utiliser ce site, nous supposerons que vous en êtes satisfait. OK

error: Protection !

Adblock détecté

Veuillez nous soutenir en désactivant votre extension AdBlocker de vos navigateurs pour notre site Web.